Fleurs printannières
© 2001

Au printemps, le regain d'énergie atteint tous les vivants.

Les plantes n'y échappent pas et certaines ont même élaboré des stratégies afin de profiter au maximum des chauds rayons du soleil printannier indispensables à leur croissance et à leur survie.

Parlons un peu de
Stratification végétale
Imaginons un groupe de personnes avec des ressources alimentaires limitées... Elles devront faire des concessions et utiliser certaines stratégies pour combler les besoins energétiques minimas qui leur permettront de survivre...

Chez tous les vivants c'est la même chose et les plantes n'y échappent pas.

Les plantes peuvent développer un système de racines mettant à leur disposition les nutriments un peu plus éloignés du sol, mais cette solution a ses limites...

Une des stratégies des plantes consiste à se répartir les ressources selon des strates (ou couches). La stratification peut être aérienne ou sous-terraine. Attardons-nous ici à la stratification aérienne.

Celle-ci est plus évidente en milieu forestier. On y observe la strate herbacée, la strate arbustive et la strate arborée constituée par les grands arbres. La lumière est essentielle à la survie de la plupart des végétaux. Plus le couvert des arbres est dense et moins il y aura abondance et variété d'espèces herbacées au sol à cause de la lumière limitée.

Afin de maximiser leurs chances de survie, certaines espèces ont perfectionné leur stratégie en tenant compte du temps. Les premières fleurs printannières sont de celles-là. Elles doivent réaliser leur cycle complet de vie (feuilles, fleurs, fruits, graines) entre le dégel et l'apparition des premières feuilles d'arbres... Ces plantes peuvent ainsi recevoir toute la lumière qui leur est nécessaire. Dotées pour la plupart d'un bulbe ou d'un rhizome comme racine, elles pourront après la fructification ramener leurs réserves nutritives au niveau de leurs racines et même laisser flétrir et disparaître leurs feuilles jusqu'au printemps suivant...

À chaque printemps leur cycle de vie recommence...

Différentes associations végétales prennent place selon la nature du sol, le degré d'humidité disponible ou la quantité de lumière qui peut traverser le couvert végétal...

Chaque milieu de vie nous attend donc avec des découvertes particulières.

Utilisez les liens rapides du tableau ci-dessous au besoin ou alors suivez-nous pas à pas vers la découverte...

Anémone Érythrone Sanguinaire
Aralie Fraisier Tiarelle
Arisema Iris Trientale
Bermudienne Lierre Trille
Calla Maïanthème Tussilage
Claytonie Mitrelle Uvulaire
Dicentre Pâquerette Violette

Le tussilage farfara ou pas d'âne, nous induit souvent en erreur au printemps. Répandu sur les terrains pauvres des bords de route, les personnes non averties peuvent confondre sa fleur avec celle du pissenlit, un parent lui aussi de la famille des composées.

En y regardant de plus près, on remarque la tige pâle munie d'écailles duveteuses qui ne ressemble pas du tout à celle du pissenlit.
Après la floraison, de grandes feuilles cordées, dentées et peu profondément lobées se développent à la base de la tige.

Le tussilage a des propriétés médicinales.

TUSSILAGE FARFARA (tussilago farfara)
SAINT-ANDRÉ-AVELLIN
28 AVRIL 01

FRAISIER (fragaria americana)
PLAISANCE, 5 MAI 01
L'abondance du fraisier américain nous laisse présager une bonne récolte.

Cette espèce est très proche parente du fraisier cultivé.

Ses fraises succulentes quoique plus petites servent à produire une confiture et une gelée excellentes.


ÉRIGÉRON DE PHILADELPHIE (erigeron philadelphicus)
PLAISANCE, 27 MAI 01
L'érigéron est aussi quelquefois appelé pâquerette ou vergerette.

Cette composée apprécie autant les champs que les bois ouverts, on la retrouve à la grandeur du Québec.

Le nom du genre signifierait vieillard et printemps, probablement à cause des poils printanniers de plusieurs espèces.

C'est une plante annuelle qui fleurit vers la fin du printemps.

Le capitule mesure de 10 à 25 mm.

Les espèces de violettes québécoises sont au nombre de 26.

Petites plantes herbacées spéciales, elles portent deux sortes de fleurs:

  • Les fleurs pétallifères (complètes)
  • Les fleurs cléistogames (sans pétales et n'ouvrant pas)
Les fleurs complètes sont très printannières alors que les secondes ne sont matures qu'à l'été.

À maturité, les fruits s'ouvrent projetant les graines jusqu'à deux mètres de distance.


VIOLETTE PUBESCENTE (viola pubescens)
PLAISANCE, 15 MAI 01

VIOLETTE PÂLE (viola pallens)
ST-ANDRÉ-AVELLIN, 18 MAI 01
bord de lac, forêt riche

VIOLETTE SP
ST-ANDRÉ-AVELLIN, 20 MAI 01


LIERRE TERRESTRE (glecoma hederacea)
PLAISANCE , 5 MAI 01
Glécome signifie doux et odorant.
Habitant les sous-bois humides et argileux, cette petite plante rampante se multiplie très facilement.
Très aromatique, son huile essentielle exercerait une action bénéfique sur les muqueuses respiratoires.

La hauteur de la plante ne dépasse guère 15 cm et sa petite fleur mesure environ 1.5cm.

La bermudienne, toute petite et délicate fait partie de la famille des iridacées tout comme l'iris.

Originaires des Andes en Amérique du sud, les bermudiennes sont appréciées et cultivées depuis au moins 300 ans. Rapportée en Angleterre par les voyageurs de jadis, elle s'est depuis répandue en Europe et en Océanie.

C'est une espèce très répandue au Québec et qui affectionne les milieux ouverts.


BERMUDIENNE À FEUILLES ÉTROITES
(sisyrinchium angustifolium)
PLAISANCE , rive rivière Outaouais
21 MAI 01


ANÉMONE DU CANADA
(anemone canadensis)
PLAISANCE , rive rivière Outaouais
21 MAI 01
L'anémone est réputée pour fleurir à la fin du printemps et au début de l'été.

La douce température du bord de la rivière Outaouais permet à Plaisance l'établissement de micro-climats favorisant l'ouverture plus précoce de plusieurs espèces.

Nous pourrons très bientôt contempler sa belle fleur blanche de 2.5 à 4 cm.

Plusieurs espèces d'anémones sont cultivées pour la beauté de leurs fleurs et le côté exotique de leur feuillage.


ANÉMONE DU CANADA
(anemone canadensis)
PLAISANCE , rive rivière Outaouais
27 MAI 01


FEUILLES D'IRIS À LEUR DÉBUT
PLAISANCE , marais de la presqu'île
5 MAI 01

L'iris faux-acore est une variété introduite au Québec depuis de très nombreuses années.

Échappé de culture, il croît maintenant à l'état subspontané dans quelques localités.

Sa grande fleur jaune de 10 cm. égaie les marécages et les rives autour de Plaisance vers la fin du printemps.

Le nom d'iris voudrait dire "arc-en-ciel", sans doute à cause de la diversité des couleurs des différentes espèces.

Les anciens grecs disaient qu'iris en égyptien veut dire l'oeil du ciel...

Le vocable fleur-de-lis est souvent attribué par les français à l'iris faux-acore.


IRIS FAUX-ACORE
(iris pseudacorus)
PLAISANCE , marais de la presqu'île
27 MAI 01


IRIS FAUX-ACORE
(iris pseudacorus)
PLAISANCE , marais de la presqu'île
8 juin 01


CALLA DES MARAIS
(calla palustris)
PLAISANCE , marais de la presqu'île
27 MAI 01
De la famille des Aracées, le calla des marais se retrouve souvent en association avec l'aulne rugueux.

Son rhizome très riche en amidon était autrefois employé pour faire du pain.

La distribution du calla est boréale et fait le tour de la planète...

Il n'est pas rare dans un sol propice de voir le calla couvrir le fond de certains marécages.

Nos ancêtres utilisaient une infusion de poudre de son rhizome contre le rhumatisme.

Le grand spathe blanc entoure le court spadice qui supporte les fleurs minuscules et verdâtres.

Le fruit du calla est une baie rouge.

Suivez-moi dans le sous-bois...

Les feuilles mortes chantent sous nos pas dégageant leurs odeurs enfouies par un long hiver...

La nature est en fête, les oiseaux parés de leurs plus belles couleurs nous égaient par leurs chants nuptiaux et leurs poursuites effrénées...

Sous terre, les bulbes profondément enfouis libèrent leurs pousses nouvelles.


PREMIÈRES FEUILLES D'ÉRYTHRONE, PAPINEAUVILLE, 22 AVRIL 01
(erythronium americanum)

Au sol, commencent à pointer les feuilles de l'érythrone. Ces deux feuilles, en commençant par la plus grande percent les feuilles mortes et les débris plutôt que de les soulever lorsque c'est possible...


erythronium americanum
BOILEAU, 10 MAI 00
L'érythrone est considérée comme une plante écologiquement parfaite à cause de sa vaste répartition géographique et de son excellente adaptation à son milieu.

Elle recouvre le sol des érablières en un tapis presque continu. On dit qu'alors les fleurs imitent un tapis mur-à-mur. C'est une beauté.

L'érythrone accomplit son cycle complet de vie en 2 à 3 semaines... avant l'ouverture des feuilles des arbres environnants. En juin la plante toute entière se fane, sèche et semble disparaître...

Les bulbes auront un an pour se multiplier et entreprendre un nouveau cycle...

Il faudra 4 ans à la nouvelle plante pour développer un bulbe apte à la floraison.


TAPIS D'ÉRYTHRONES
PLAISANCE, 29 AVRIL 01


TRILLE EN BOUTON
FASSETT, 28 AVRIL 01

TRILLE ROUGE
(Trillium erectum)
MONTEBELLO, MAI 00

TRILLE BLANC
(Trillium grandiflorum)
ST-ANDRÉ-AVELLIN, 5 MAI 01


TRILLES ROUGES, (Trillium erectum)
MONTÉE DU GORE
ST-SIXTE, 7 MAI 01

Les trilles blancs ou rouges sont abondants en Petite-Nation.
Leur répartition varie selon le sol et le micro-climat en présence.

Le trille emmagasine ses réserves dans un rhizome court qui favorise une floraison printannière précoce.

Attention aux mésaventures...
C'est si beau en nature, mais dans votre salon ils ne durent pas et le trille rouge dégage une odeur très fétide...
Alors laissons-les dans leur milieu...


TRILLES BLANCS
(Trillium grandiflorum)
PLAISANCE, 29 AVRIL 01


TRILLE BLANC VIEILLISSANT (trillium grandiflorum)
PLAISANCE, 15 MAI 01
il devient rose avant de mourir

Ariséma, ce nom ne vous dit peut-être rien, mais ses autres noms?

Petit prêcheur pour les uns ou oignon sauvage pour les autres, l'ariséma est une fleur printannière remarquable de nos forêts au sol riche et humide.

Attention le suc de sa racine (un rhizome) est brûlant.

La fleur comporte deux parties spéciales:

  • le spadice ( tige charnue en forme de gobelet protégeant les fleurs)
  • le spathe ( grande bractée en forme de feuille repliée par-dessus le spadice)
La forme viride trouvée ici est assez rare.
C'est un albinos car l'espèce originale est pourpre rayée de vert, alors que l'albinos est vert rayé blanc...

C'est un trésor de la nature...


ARISÉMA
(arisaema atrorubens f.viride)
ST-ANDRÉ-AVELLIN, RG STE JULIE o
14 MAI 01


TRIENTALE BORÉALE
(trientalis borealis)
Lac Simon, parc près de la plage municipale
20 MAI 01
Trouvée en forêt au pied des grands pins blancs, la trientale apprécie ce milieu frais et humide.

La régularité de sa petite fleur en forme d'étoile lui a valu le surnom anglais de star-flower.

Les feuilles de la trientale sont placées à la même hauteur, tout autour de la tige.

On dit qu'elles forment un verticille.

Le nom du genre, signifie un tiers de pied et fait allusion à la petite taille de la plante.


CLAYTONIE DE CAROLINE
(Claytonia caroliniana)
MONTEBELLO, MAI 01
La Claytonie de Caroline participe au tapis de fleurs du sol riche de l'érablière, son rhizome tubéreux lui aura permis d'hiverner en toute sécurité.

Très présente dans notre région, on dit d'elle que c'est une des plus jolies fleurs printannières.

Les feuilles pointues de la claytonie de Virginie aident à la différencier de sa cousine.

Toutes deux croissent en abondance dans les sous-bois riches de la Petite-Nation.

CLAYTONIE DE VIRGINIE
(Claytonia virginiana)
MONTÉE DU GORE
ST-SIXTE, 7 MAI 01


TIARELLE CORDIFOLIÉE
(tiarella cordifolia)
ST-ANDRÉ-AVELLIN, boisé feuillu humide
14 MAI 01
Appartenant à la grande famille des saxifragacées comme les groseillers, la tiarelle appartient cependant à un genre différent, les tiarellas.

Son fruit est une capsule membraneuse à deux valves inégales.

La tiarelle porte ce nom à cause de la forme en tiare ou en turban de sa capsule.

La tiarelle apprécie le sol des bois riches et sa distribution couvre toute la partie tempérée du Québec.


MAÏANTHÈME DU CANADA (maïanthemum canadense)
PLAISANCE, 5 MAI 01

MAÏANTHÈME DU CANADA (maïanthemum canadense)
LAC SIMON, 20 MAI 01
La maïanthème porte bien son nom car celui-ci signifie "fleur de mai".

C'est une liliacée très répandue dans les sous-bois humides jusque dans l'extrême-nord.

On la voit souvent recouvrir une souche en décomposition, une pierre couverte d'humus ou une vieille fourmilière.

Ses fleurs blanches et inodores se rassemblent en grappe au bout de la tige.

On voit souvent des feuilles isolées nées directement sur le rhizome.

Le fruit de la maïanthème est une baie rouge clair presque ronde de couleur inégale.

On remarque un délai dans la floraison entre la vallée outaouaise et le Lac Simon de deux semaines. L'élévation du sol et la position plus au nord de cette municipalité est la cause du délai. Nous réalisons à quel point la Petite-Nation est une grande région diversifiée.

UVULAIRE GRANDIFLORE
(uvularia grandiflora)
MONTÉE DU GORE
ST-SIXTE, 7 MAI 01

UVULAIRE À FEUILLES SESSILES
(uvularia sessiliflora)
MONTÉE DU GORE
ST-SIXTE, 7 MAI 01

Les uvulaires sont des plantes vivaces à rhizome très court qui affectionnent particulièrement un sol argileux.

L'espèce à feuilles sessiles est deux fois plus petite que la grandiflore.

L'abondance de l'uvularia sessiliflora ne peut manquer d'attirer votre attention, malgré le jaune moins éclatant de ses fleurs. Il recouvre souvent le sous-bois dans son environnement favori.

L'uvulaire grandiflore se rencontre plus souvent en groupe de quelques individus.

Seules les plus grandes espèces d'abeilles arrivent à pénétrer l'uvulaire.

La nature est bien faite car lors de leur floraison, seules les bombus femelles ont commencé à voler.

La "Flore laurentienne"nous apprend que que l'uvulaire grandiflore est probablement autofécondé dans la plupart des cas.

Les amérindiens connaissaient et utilisaient les propriétés médicinales de l'uvulaire.

Les dicentres sont des plantes herbacées à feuilles basilaires très divisées.

Les deux pétales extérieurs du dicentre sont prolongés en forme d'éperon.

En langage familier, nous appelons cette fleur "culotte de soldat", à cause de la ressemblance.

Le dicentre contient plusieurs alcaloïdes dangereux.

Les amérindiens avaient découvert certaines de ses vertus médicinales.

DICENTRE À CAPUCHON
(Dicentra cucullaria)
MONTÉE DU GORE
ST-SIXTE, 7 MAI 01

La mitrelle à deux feuilles affectionne les bois riches de la Petite-Nation.

Elle tient son nom de la forme de son fruit, une capsule aplatie.

Ses pétales finement découpées sont très rares dans le monde des fleurs, et en font une plante remarquable...

MITRELLE À DEUX FEUILLES
(Mitella diphylla)
MONTÉE DU GORE
ST-SIXTE, 7 MAI 01

La sanguinaire du Canada ou sang-dragon appartient à la médecine populaire. On l'employait autrefois contre plusieurs maux.

Le latex rouge du rhizome servait aux amérindiens à produire une belle teinture rouge.

Ses feuilles particulières sont très lobées et caractéristiques.

La fleur blanche de 2.5 à 4 cm. est solitaire.

La sanguinaire croît dans les sous-bois riches des forêts feuillues.

Dès que possible vous pourrez admirer sa fleur...

SANGUINAIRE DU CANADA
(Sanguinaria canadensis)
MONTÉE DU GORE
ST-SIXTE, 7 MAI 01


ARALIE À TIGE NUE
(aralia nudicaulis)
ST-ANDRÉ-AVELLIN
14 MAI 01

ARALIE À GRAPPES
(aralia racemosa)
ST-ANDRÉ-AVELLIN
14 MAI 01
L'aralie à tige nue ou salsepareille fleurit au printemps dans les bois riches de la Petite-Nation.

Ses longs rhizomes rampants favorisent sa multiplication végétative.

L'aralie occupe une place de choix dans la médecine populaire de nos aïeux.

Il ne faut pas confondre l'aralie avec la salsepareille vraie de la pharmacie qui n'est pas une aralia, mais une smilax de la famille des liliacées.

L'aralie à grappes est aussi nommée grande salsepareille ou anis sauvage à cause de son rhizome très gros et aromatique.

Le rhizome très développé est employé pour aromatiser la petite bière.

Le streptope aussi appelé "rognons de coq", fait partie de la grande famille des lis (liliacées).

Sa racine est un rhizome horizontal.

Ses fleurs ressemblent à de petites cloches roses qui pendent à l'aisselle des feuilles et de la tige qui fait des angles d'une feuille à l'autre (on dit que c'est une tige flexueuse).

Son fruit est une baie ovoïde rouge plutôt fade mais comestible.

Le streptope se développe bien dans les bois froids et humides.


STREPTOPE ROSE
(streptopus roseus)
SAINT-ANDRÉ-AVELLIN
14 MAI 01


SMILACINE À GRAPPES
(smilacina racemosa)
PLAISANCE, presqu'île
27 MAI 01
La smilacine est une plante vivace à rhizome rampant.

Les petites fleurs blanches de la smilacine à grappes sont regroupées en panicule à l'extrémité de la tige.

Ses fruits sont des baies arômatiques globuleuses rouges marquées de points pourpres.

On dit de cette plante qu'elle possède un rhizome rampant parce que chaque année, celui-ci s'allonge pour faire apparaître la nouvelle pousse.

En même temps, la vieille partie du rhizome se détruit.

Ainsi, d'une année à l'autre, le rhizome ne nous semble pas plus grand...

La plante tout entière se déplace donc par rapport à la végétation environnante.

Pour le loisir ou pour le travail, différents milieux forestiers parsèment la Petite-Nation...

pour mieux les connaître et les reconnaître je vous invite vers...

les arbres et les peuplements forestiers...

Retour au plan